Il s’agit de l’ensemble des actions faites par l’homme visant à maintenir l’intégrité et l’équilibre des écosystèmes et de la biodiversité en prévenant ou en corrigeant les atteintes qu’ils subissent du fait des activités humaines. Ces actions passent tout d’abord par une prise de conscience de l’impact écologique des actions de l’homme. Elle se traduit par des actions individuelles et collectives qui concernent de nombreux domaines de l’activité humaine ayant un impact sur la nature, telles que :

  • L’agriculture ;
  • L’exploitation des forêts ;
  • L’élevage ;
  • La chasse et la pêche ;
  • L’exploitation des ressources naturelles (hydrocarbures, minerais, …) ;
  • Les infrastructures (routes, barrages, villes, …) ;
  • La gestion de l’eau et des déchets etc.

Dans chacun de ces domaines, les programmes de conservation s’efforcent de limiter les impacts négatifs sur la nature ou de les corriger.

Le concept de conservation de la nature passe donc par une gestion raisonnée des ressources alors que celui de préservation travaille à la protection des écosystèmes naturels contre toute atteinte humaine.

Ces deux concepts sont complémentaires. Ils permettent la création de sanctuaires naturels et de zones dans lesquelles les activités humaines s’appuient sur une approche durable du développement.

 

Quelques exemples

La conservation et la préservation de la nature prennent différentes formes. On peut citer par exemple :

  • Les parcs nationaux et régionaux, les réserves naturelles, les réserves de biosphères, les zones humides (Convention de Ramsar), etc., qui permettent de protéger des écosystèmes sur lesquels existent ou non des activités humaines ;
  • Les programmes de protection et de conservation de la flore ou de la faune avec par exemple :
  • Les actions menées par les très nombreuses ONG qui travaillent sur le terrain et mènent des projets de toutes tailles et dont plus d’un millier font partie du réseau UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature)

Petite histoire de la conservation de la nature

En soi, la notion de conservation de la nature naît au XIXème siècle mais ne se développe réellement que depuis une soixantaine d’années avec la création de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en 1948.

Le terme "développement durable" naît, quant à lui, en 1980 dans un rapport de l’UICN, et en 1982, la Charte mondiale de la Nature est adoptée aux Nations Unies. Elle matérialise la prise de conscience mondiale des enjeux liés à la conservation et à la préservation de la nature.

En 2000, 193 états membres de l’ONU et de nombreuses organisations internationales adoptent les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) et conviennent de les atteindre pour 2015. Le septième objectif énonce les différentes actions permettant de préserver l’environnement et de contribuer ainsi à assurer sa durabilité.

Depuis 2015

En 2015, l’ONU lance les 17 Objectifs de Développements Durables (ODD) qui prennent la suite des OMD. Ils regroupent 169 cibles pour lesquelles sont définis des indicateurs qui permettent d’évaluer les progrès accomplis.

Si les objectifs 14 (Gestion durable des océans et des mers) et 15 (Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres) visent spécifiquement les enjeux de la conservation et de la préservation de la nature, d’autres y contribuent significativement :

 

De plus, nous croyons ferment que l’objectif 4 : Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie constitue un levier majeur de transformation au service de la conservation de la nature.

Une prise de conscience mondiale pour des enjeux immédiats

La qualité de notre environnement se dégrade dans une crise environnementale sans précédent. C’est un fait aujourd’hui incontestable, tout comme l’origine humaine de cette crise.

Le Rapport Planète Vivante 2016 du WWF dresse un constat alarmant de l’évolution du nombre et de la diversité des animaux et des végétaux ainsi que de la fragilisation croissante des écosystèmes naturels qui résulte de l’activité humaine. Ce sont les signes incontestables que la nature, dont nous faisons partie, est en grand danger. A terme, si nous ne faisons rien, nous devrons faire face à l’extinction d’un nombre croissant d’espèces indispensables à l’équilibre, voire à l’existence même des écosystèmes. Nous devrons subir la dégradation et même la perte des services rendus par la nature, essentiels à notre bien-être.

Aujourd’hui, les actions de conservation de la nature sont à la fois institutionnelles et contractuelles, collectives et individuelles. Elles répondent à une volonté internationale de freiner et de corriger la détérioration des écosystèmes due à l’intensification des activités humaines. Leur réussite passe par une prise de conscience et une modification des comportements de tous.

C’est l’objectif majeur du projet EduConservation de faire grandir cette prise de conscience et d’encourager la modification des comportements par l’éducation des jeunes.

ut id eleifend mattis commodo elit. tristique Aliquam libero justo eget