On compte aujourd’hui plus de 1.2 milliards d’habitants sur le continent africain. C’est une part importante de la population mondiale, qui évolue dans un ensemble d’écosystèmes fragilisés par les besoins croissants liés au développement.

Les actions entreprises depuis 10 ans par Sabine Plattner African Charities (SPAC) et Leadership for Conservation in Africa (LCA) répondent à la nécessité immédiate d’apporter des réponses aux enjeux de conservation de la nature en tenant compte des besoins des populations locales. Les actions menées en Afrique ne sauraient être durables sans l’implication des habitants ; c’est pourquoi nous souhaitons amener une prise de conscience généralisée des enjeux de conservation par le biais d’une éducation pertinente et adaptée.

 

UNE POPULATION QUI DOUBLERA D'ICI 2050

L’Afrique connait encore une croissance démographique forte, qui devrait entraîner un doublement de sa population d’ici 2050 selon les projections des observateurs internationaux. Les pressions sur l’environnement risquent d’être fatales à de nombreux écosystèmes sensibles, déjà fragilisés par une activité humaine intense. Ces risques comportent entre autres :

  • L’augmentation de la production agricole nécessaire pour nourrir la population
  • La satisfaction des besoins en eau
  • L’exploitation accélérée des ressources naturelles

Ecologie et développement

Cette situation est préoccupante car on ne peut opposer le développement et la protection de la nature. On doit plutôt trouver les moyens de concilier ces deux obligations.

De nombreux projets démontrent au quotidien que ce modèle de développement n’est pas une utopie mais qu’il nécessite une implication de tous, gouvernements, entreprises et société civile ; et les actions concrètes de chacun sont indispensables.

Nous sommes persuadés que l’éduction des jeunes permettra la généralisation d’un modèle de développement durable, soutenable, et respectueux de la nature ; et leur fera prendre conscience de la nécessité de rééquilibrer les impacts liés à l’activité de l’homme et la conservation de la nature.

L’engagement des Etats Africains dans la préservation des milieux naturels

L’enjeu du développement allié à celui de la conservation des écosystèmes sensibles préoccupe à juste titre les gouvernements africains qui sont de plus en plus nombreux à mettre en œuvre des plans d’action volontaristes.

C’est le cas de la République du Congo, du Royaume du Maroc et du Sénégal qui ont décidé d’être les pilotes du projet EduConservation qui vient compléter leurs programmes de protection de l’environnement.

Même si l’Afrique joue aujourd’hui un rôle majeur dans la conservation de la biodiversité et des écosystèmes naturels, il est certain qu’elle n’est pas la seule à être concernée. L’Europe, l’Amérique, l’Asie, les océans et les pôles connaissent un appauvrissement accéléré de leur biodiversité et une dégradation croissante de leur environnement naturel.

C’est pourquoi nous fondons de grands espoir dans la mise en œuvre de communautés numériques qui permettront d’accroitre la visibilité et le partage des enjeux mais aussi des solutions qui se développent chaque jour.

in quis, velit, ultricies vel, Lorem leo id dolor sed facilisis