Espèces menacées : la Chine interdit le commerce de l’ivoire d’ici fin 2017

Le gouvernement chinois frappe un grand coup en ce début d’année en annonçant l’interdiction totale du commerce de l’ivoire sur son territoire d’ici le 31 décembre 2017, qui ne pourra être qu’héritée ou donnée et non plus commercialisée.

Une faille dans l’interdiction de 1989 prononcée par le CITES permettait aux consommateurs de se procurer de l’ivoire prélevée avant cette date, augmentant la demande et mettant en péril les populations ayant survécus aux massacres des XIXème et XXème siècles. De plusieurs millions d’éléphants en Asie et en Afrique au début du XXème siècle on est aujourd’hui à seulement quelques centaines de milliers.

Cette décision est un levier majeur de changement pour la conservation des éléphants car elle ferme aux trafiquants leur premier marché mondial.

Le gouvernement chinois a déjà prévu la reconversion des artisans de l’ivoire (conservateurs de musées, restaurateurs d’art etc.) et prévoit également des dispositifs conséquents pour lutter contre le trafic illégal des défenses d’éléphant. Il entend aussi sensibiliser la population à la nécessité de protéger les éléphants des chasseurs d’ivoire.

Cette dynamique de conservation de la nature initiée par Pékin est un exemple à suivre, notamment dans les pays de la zone Asie-Pacifique comme le Vietnam, ou le Japon ; et même le Royaume-Uni en Europe, afin de renforcer la lutte contre le trafic illégal de défenses d’éléphants dans le commerce de l’ivoire.

elementum eleifend leo massa et, ut tristique ultricies libero.